Ceferino

Gens du voyage en Suisse

Dieu a-t-Il créé le monde en 7 jours ?

Les 1ères pages de la Bible, en Gn 1, disent que le monde fut créé en 7 jours.

Par ailleurs nous voyons à la télévision, ou sur Internet, des reportages scientifiques : des milliards d’années ont été nécessaires à l’apparition de la vie sur terre.

Qui a raison, de la Bible ou de la science ? Qui dit la vérité ?

 

Eclairage : une question de regard.

La création de Jérôme Bosch1. Nous savons que la Bible dit la vérité, mais de quelle vérité s’agit-il ? Est-ce d’un reportage comme dans un journal ? Ou d’une vérité de sens profond, sur le monde, l’homme, Dieu ? D’ailleurs dans la Bible il y a plusieurs autres récits de création : Gn 2,4, après Gn 1,1,  contredit presque Gn 1 (voir plus loin) ; Jb 38 ; les Ps, etc.

2. D’autre part nous ne pouvons pas douter, - même si leur réflexion va et vient -, des recherches des savants sur l’univers et ses mystères.

3. Donc les 2 points de vue disent, chacun à sa manière, la vérité, mais il ne s’agit pas du même regard.

Prenons l’exemple d’une rose, merveille de la nature, splendeur d’une beauté fragile.

2 regards peuvent être posés sur elle : celui, poétique, de l’amoureux qui l’offre à sa belle, ou celui du jardinier qui a le souci de l’arrosage, de l’engrais.

Qui, de l’amoureux ou du jardinier, voit la vérité de cette rose ?

Les 2 n’ont-ils pas raison ? Sans le jardinier elle ne parvenait pas à maturité, et sans l’amoureux, elle aurait raté sa vocation de rose, signe de l’amour.

Ainsi de la Bible et de la science : les 2 ont raison, mais chacune pose un regard différent sur la réalité.

Maintenant voyons de quelle vérité la Bible parle en Gn 1.

 

Parcours    

1. La place à Fribourg l’été dernier, 1ère rencontre : l’émerveillement

1.1. Gn 1.

Lisons ensemble Gn 1,1-26 : quelle merveille ! « Et Dieu vit que cela était bon» : la lumière, les ténèbres, les eaux, les arbres fruitiers, le soleil, la lune, les étoiles, les poissons, les oiseaux, le bétail, tout cela réjouit Dieu. Nous sommes dans l’admiration, comme devant un lever de soleil, renouvellement de la création. V. 26 : « Et Dieu dit : faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il règne… » Ah,  nous y voilà : toutes les merveilles qui ont précédé la création de l’homme doivent se soumettre à lui, qui en est le roi, le sommet et le gardien, de par ordre de Dieu.

1.2. Gn 2,4.

Mais ô surprise ! Nous continuons notre lecture avec Gn 2,4, et voilà que tout y est différent : Dieu commence par modeler un homme avec la glaise du sol, et seulement après Il plante un jardin, puis amène à l’homme les bêtes des champs pour qu’il les nomme.

C’est donc le contraire, à quelques versets près, du texte de Gn 1, qui faisait de l’homme le dernier arrivé dans le monde. Au contraire, en Gn 2, l’homme est le premier.

Que faut-il en penser ?

Pourtant nous sommes sûrs, dans les deux cas, de toucher une vérité, mais laquelle, au fait ? Nous nous interrogeons sur le sens, sur ce que cela veut nous faire comprendre.

1.3. Le livre de Job.

Jb 38,4 : « où étais-tu, dit Dieu à Job, quand j’ai fondé la terre ? ». V.8 : « Qui a fermé la mer avec des portes, quand elle jaillit du sein maternel, quand je lui donnai des nuées pour habits, et pour langes des brouillards ténébreux ? » Jb 39,1 : « Connais-tu le temps où mettent bas les chamois du rocher ? »

Voilà des images fortes où Dieu interpelle son serviteur Job, et lui demande de ne plus douter : c’est bien Lui qui tient l’univers dans sa main !

2. La place de Fribourg l’été dernier, 2e rencontre : l’homme et la femme.

Nous devons continuer, car nous n’avons fait qu’effleurer la question en Gn 1,27. Rendez-vous est pris sous l’auvent de la caravane de l’Aumônerie.

1. Par exemple : savez-vous en quoi consiste le premier dialogue de la Bible entre un mari et son épouse ?! – Par une dispute ! C’est Jacob et sa bien-aimée Rachel : Gn 30,1-2. Dispute qui va conduire Rachel à se tourner vers Dieu, à concevoir enfin un fils, Joseph, Gn 30,22-24.

2. Et puis, est-ce que tout a été clean dans ces couples de la Bible ? Regardons p.ex. les ancêtres de Jésus, Juda et Tamar, Gn 38 ; ou encore, David, qui, de la femme d’Urie, engendre Salomon, 2S 12,24.

L’évangéliste Saint Matthieu va-t-il nous cacher cela ? Non au contraire ! Mt 1,1-16 : généalogie du Christ y est présentée, avec les chemins tortueux ; nous sommes sûrs, dans tous ces cas, de toucher une vérité.

3. Nous nous interrogeons sur le sens, sur ce que cela veut nous faire comprendre.

Sûrement pas de vivre sans morale, mais peut-être qu’au-delà de la morale, la vie qui avance n’est-elle pas finalement le plus important ?

A suivre ! Bonne lecture de la Bible !